format 3/4
format 16/9
Dernière mise à jour : novembre 2017
fermer
Changez de vie
logo VIESionPassive

 

 

 

La performance énergétique des maisons passives est optimale. Choisir une telle qualité de construction, c'est faire le choix d'une vie meilleure.

 

La qualité des éléments constitutifs de la maison passive explique la remarquable performance énergétique que connaît cet habitat.
C'est l'optimisation de l'isolation, de l'étanchéité à l’air et de la ventilation associée à une augmentation des apports solaires qui font de la maison passive un réel aboutissement en matière de confort, d’économie d’énergie et d’investissement immobilier.
Ces maisons sont propices à l’épanouissement et à la santé des occupants. Elles jouent un rôle majeur en terme de santé publique. Et au-delà de toute idéologie, elles considèrent la terre et ses ressources comme des partenaires égaux.

 

Un suivi scientifique complet de plus de 25 ans a permis de normaliser ce concept de construction par des critères précis et reproductibles. Par ailleurs, près de 10.000 bâtiments passifs déjà construits attestent des qualités de confort et d’économie d’énergie ainsi que de la faisabilité technique et financière de ces habitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des critères précis et reproductibles.
Le besoin en énergie est calculé avant et pendant la construction par un logiciel spécifique (PHPP). Avant les travaux de finition un Blower Door test vérifie que les infiltrations d'air restent conformes à la norme «maison passive ». Ce test est indispensable pour valider les hypothèses de calculs thermiques. Un contrôle thermographique peut compléter la vérification de l'ensemble de la maison.
Un bâtiment répond au standard de la maison passive s’il satisfait aux exigences suivantes :
- le besoin en énergie net pour le chauffage ne dépasse pas 15 kWh/m²/an (ou 1,5 litre d’équivalent mazout/m²/an ou 1,5 m³ d’équivalent gaz/m²/an)
- la perte d’air n’excède pas 60% du volume de l’habitation par heure lors d’un test d’étanchéité à l’air avec une différence de 50 pascales entre l’intérieur et l’extérieur (n50 inférieur à 0,6 h-1).
Le besoin en énergie net moyen pour le chauffage de l’habitat du parc résidentiel belge est de 200-300 kWh/m²/an alors que les pertes d’air sont en moyenne de 8,7 fois (870%) le volume de l’habitation par heure.

 

 

 

Conception : pb web concept

 

Maison passive